Nicolas Desfossés

Visionner

Prix Formation du Ministère de la Culture de l'Ontario 2012

Originaire de Hearst, dans le nord de l'Ontario, Nicolas Desfossés réside dans la région de la Capitale nationale du Canada depuis plus de vingt ans, maintenant. Après avoir complété ses études en théâtre à l'Université d'Ottawa, il travaille depuis quelques années pour le compte de diverses compagnies d'Ottawa et de l'Outaouais : le Théâtre  la Catapulte, le Théâtre du Trillium, le Théâtre de l'Île, le Centre national des Arts, le Théâtre Belvédère et le Théâtre Dérives Urbaines. On a pu d'ailleurs récemment applaudir son talent dans Zone, de Marcel Dubé, une coproduction du Théâtre la Catapulte (Ottawa) et du Théâtre français de Toronto, dans laquelle il incarnait Tarzan, ainsi que dans Les papillons de nuit, de Michel-Marc Bouchard, au Théâtre de l'Île, de Gatineau. Nicolas se considère privilégié et fier d'être le récipiendaire du Prix Formation du Ministère de la Culture de l'Ontario pour l'année 2012.

Projet

En juillet 2012, Nicolas a pris part  à un atelier nommé Jeu et masques, à l'École internationale Jacques-Lecoq, à Paris.

Avancées du projet 

Grâce à l’appui de la Fondation et du Ministère de la Culture de l’Ontario, Nicolas s’est rendu à l’École internationale de théâtre Jacques-Lecoq, à Paris, pour y suivre des ateliers avec deux des formateurs réputés de l’école, Paola Rizza et Éric Nesci. Paola Rizza a elle-même été élève de Lecoq au milieu des années ’80 et cumule plus de trente ans d’expérience en création, jeu, marionnettes, objets, mise en scène au théâtre et au cirque. Éric Nesci, quant à lui, est spécialiste du mouvement, des arts martiaux et de la cascade. Il travaille autant au cinéma qu’au théâtre.

Au cours de son stage, Nicolas a travaillé avec le masque neutre, les masques larvaires, les masques expressifs, les masques utilitaires et « américains, des demi-masques et le nez rouge. Il a également eu la chance de confectionner son propre masque.

« Cette formation m’a aidé à développer et à renforcer des outils corporels et vocaux qui m’ont fait progresser en tant que comédien. Je me sens désormais plus en contrôle de mon corps et cela m’a permis de gagner en confiance. Elle a aussi provoqué une réflexion qui me permet de faire des parallèles entre mon travail passé et mes acquis, de façon à intégrer mes nouvelles connaissances à ma pratique. »