Isabelle Bartkowiak

Prix spécial Suzanne-Cyr

Isabelle BartkowiakDiplômée en 2013 du département d’Art dramatique de l’Université de Moncton, Isabelle Bartkowiak est une des cofondatrices du Théâtre la Cigogne (Moncton). Cette jeune créatrice a d’ailleurs travaillé sur chacun des projets produits par cette compagnie : Paul et la mer (2013), Le Loup ; l’histoire d’un incompris (2015), Le froid est un détail de l’hiver (2016) et la pièce en chantier Violence. Ce dernier projet a d’ailleurs fait l’objet d’un atelier avec l’auteur et metteur en scène québécois, Philippe Ducros, lors du stage 2014 offert par l’Association des théâtres francophones du Canada, au Banff Centre, en collaboration avec l’École nationale de théâtre du Canada. 

Isabelle est membre de Comédie en Acadie et de Circus Stella. Par ailleurs, elle travaille présentement en collaboration avec le Théâtre des Petites Lanternes, de Sherbrooke, et le Conseil provincial des sociétés culturelles de Moncton sur Voyage Identitaire, un projet théâtral de médiation culturelle.

En 2014, Isabelle remportait son premier Prix de la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada, le prix Banque Nationale. Cette distinction lui a permis de perfectionner sa formation en jeu physique et marionnettes au Movement Theatre Studio, à New York.

Projet

Le Prix spécial Suzanne-Cyr a permis à Isabelle Bartkowiak d’effectuer un stage à titre d’adjointe à la direction artistique.  Elle a ainsi pu développer des outils de gestion par la coordination et l’organisation du Festival à haute voix (Théâtre l'Esacouette), qui a eu lieu en avril 2017. Pendant une année complète, elle s'est ainsi familiarisée au quotidien avec l’équipe de l’Escaouette et, par le fait même, développé ses aptitudes en gestion d’équipe et d’évènements. Étant impliquée à titre de co-fondatrice de la jeune compagnie Théâtre La Cigogne, cette expérience va sans doute s’avérer inestimable. Quoique le Festival à haute voix constituait une partie très importante de ses tâches d’adjointe, elle a pu développer, par le biais de discussions soutenues avec la direction artistique, une vue d’ensemble de la pratique artistique acadienne et étrangère.  Ce rôle d’adjoint artistique, ainsi que sa participation aux divers comités de lecture, lui ont permis de développer davantage son sens critique, tout en renforçant sa capacité d’expression quant à la dramaturgie. Elle a pu bénéficier d’un mentorat assidu de la part de la direction artistique et administrative du théâtre l’Escaouette.