Caroline Bélisle

Prix Viola-Léger

Caroline BélisleOriginaire de la région de Montréal, Caroline Bélisle découvre d’abord l’artiste en elle à travers son habileté pour la danse et les arts de la scène. Elle poursuit ses études post-secondaires à l’Université de Moncton. En 2014, elle est diplômée par le département d’Art dramatique de cette institution et y obtient le Certificat d’excellence Pascal-Poirier de la faculté des arts et des sciences sociales.

Depuis la fin de ses études, elle travaille étroitement avec plusieurs organismes du secteur culturel de Moncton, notamment Les Productions DansEncorps, le théâtre l’Escaouette, le Théâtre Capitol et Le Centre culturel Aberdeen. Notamment, on a pu la voir jouer le rôle de Tilly dans Le jeu de la mélancolie, de Sarah Ruhl, dans une mise en scène de Marcia Babineau et une traduction d’Herménégilde Chiasson. La production a été présentée en Roumanie, au prestigieux Festival international de théâtre de Sibiu, ainsi qu’au théâtre l’Escaouette, à l’hiver 2015, dans le cadre des festivités du 40e anniversaire du département d’Art dramatique de l’Université de Moncton. Par ailleurs, Caroline joue couramment une panoplie de rôles différents dans les pièces jeune public du Pays de la Sagouine. Dans un autre registre, à l’hiver 2016, elle interprète Lucie dans le texte poignant Chaque jour de l’auteure québécoise Fanny Britt, dans une mise en scène d'Andréi Zaharia et une production du Département de théâtre de l’Université de Moncton.

Son amour et sa curiosité pour le théâtre l’ont plus récemment amenée à se lancer dans l’écriture de textes dramatiques et d’œuvres poétiques. Ses deux premiers opus Les souffrances achèvent et Tonic Tuesday ont pu être entendues lors des deux dernières éditions du Festival à haute voix (2013 et 2015) présentées au théâtre l’Escaouette. Soucieuse de développer ses habiletés en tant qu’auteure, Caroline Bélisle a participé à la 15e édition du Festival du Jamais lu, à Montréal, où l’Association des théâtres francophones du Canada et le Jamais Lu lui ont permis de suivre une classe de maître avec l’auteure québécoise Évelyne de la Chenelière, intitulée Impulsions d’écriture, au printemps 2016. Puis, à l'hiver 2017, Caroline a participé à la Résidence d'écriture au Banff Centre for the Arts, une autre initiative de l'ATFC. Caroline Bélisle a été admise dans le programme d'écriture dramatique de l'École nationale de théâtre du Canada (Montréal) à l'automne 2017. 

Projet

La bourse de 5 000$ qui accompagne le Prix Viola Léger a permis à Caroline de travailler sur la réécriture de son texte Tonic Tuesday. Celui-ci se penche avec un humour noir très marqué sur diverses formes de dépendances qui affectent quatre personnages au caractère très particulier : au jeu, aux drogues et à l’alcool. Un laboratoire de création avec metteur en scène et acteurs a donné l'occasion à son auteure d’interroger davantage l’œuvre et d’en creuser la profondeur. Des rencontres avec des travailleurs sociaux et des psychologues spécialistes du domaine de la dépendance sont également au menu. Le fruit de cette phase de réécriture a été présenté à l’occasion d’une lecture publique.