Communiqué en format PDF
Télécharger Communiqué en format PDF 254 Ko 

Communiqués

Joëlle Préfontaine remporte le Prix national d’excellence RBC !


Joëlle PréfontaineCréé en 2010, le Prix national d'excellence RBC est remis pour la troisième année consécutive dans l'Ouest du pays. Après Lyne Barnabé, de Vancouver, et David Granger, de Saskatoon, c'est au tour de la jeune comédienne, et maintenant auteure, d'Edmonton, Joëlle Préfontaine, de se distinguer au plan national.

Décerné à la candidature s'étant la plus démarquée parmi toutes celles reçues par la Fondation pour l'avancement du théâtre francophone au Canada dans le cadre de ses Prix d'excellence 2012, ce prix est rendu possible grâce à la générosité de la Fondation RBC. La bourse de 8 000 $ qui accompagne ce prix majeur a été remise à Joëlle Préfontaine par Marie-Josée Labelle, Directrice RBC Planification financière, à Québec, au cours d'une réception débordante d'enthousiasme et d'énergie qui s'est déroulée au quartier général du Carrefour international de théâtre, le Zinc, dans le cadre de ce festival de grande envergure qui se tient présentement à Québec.

La bourse liée au Prix national d'excellence RBC permettra à Joëlle Préfontaine de se consacrer à l'écriture de son tout premier texte destiné au théâtre, Récolte, sous la supervision du metteur en scène et dramaturge bien connu, Philippe Soldevilla. Depuis des années, Joëlle rêve d'écrire ce qu'elle nomme «…une pièce franco-albertaine. J'aime que le Canada soit une mosaïque de différentes cultures, mais, dans notre société, je trouve souvent qu'il n'y a pas assez d'emphase sur l'appréciation de l'origine culturelle des individus. Dans un milieu anglophone, une langue maternelle peut se perdre assez facilement. Ma pièce est centrée sur une famille qui continue à parler et à vivre sa vie en français dans cette réalité minoritaire. À la fin du 19e siècle, il y avait beaucoup de pionniers francophones qui travaillaient la terre en Alberta».

Il y a plusieurs petites communautés francophones en Alberta où la langue française a survécu. Les francophones de l'Alberta vivent leur vie de façon complètement bilingue ;  c'est un choix de continuer à parler en français. Récolte suivra cinq personnages de la même communauté et se penchera sur les questions suivantes : comment prendre notre culture, notre héritage et aller de l'avant, sans trainer nos problèmes du passé? Le cycle d'abus et de dépression peut-il être brisé ?

Native de Legal, en Alberta, Joëlle est diplômée de l'Université de l'Alberta, d'où elle détient un baccalauréat en beaux-arts/interprétation théâtrale. Elle est aussi diplômée en jeu du Red Deer College, toujours en Alberta. Joëlle a joué dans L'homme de la Mancha, de Dale Wasserman, À la gauche de Dieu, de Robert Marinier, Des fraises en janvier, d'Évelyne de la Chenelière, et La chaise perdue, de Luc Leblanc et Louis-Dominique Lavigne, à l'UniThéâtre, d'Edmonton. Comédienne polyvalente, elle poursuit également une carrière florissante en anglais, notamment avec le Media Room, de l'Université de l'Alberta, où on a pu la voir dans How I Learned to Drive, de Paula Vogel, Equus, de Peter Schaffer, et Little Dog Laughed, un texte de Douglas Carter Beane.

Au sujet de son texte Récolte, Joëlle cite d'ailleurs le livre Edmonton et l'Alberta française : impression et statistique,  écrit par Adrien Gabriel Morice en 1914 :

Le village de Morinville a toutes les apparences d'une petite ville, mais j'y constate le même faible qui m'a frappé dans tous les centres français de l'Ouest : des noms de nos meilleures familles canadiennes déparées par des qualificatifs anglais. Là, pas plus qu'à Saint-Albert et ailleurs il n'y a ni bouchers ni boulanger : on n'y trouve que des  « butchers » et des « bankers. » Chacun va faire ses emplettes au « general store » et s'approvisionne à la « grocery. » C'est un ridicule consommé chez des gens de langue française, un indice de veulerie impardonnable, un signe d'aplatissement devant les Anglais qu'on devrait combattre par un, « boycottage » en règle. Quand cette campagne va-t-elle s'organiser? (p.19)

Morinville est un petit village situé à seize kilomètre au sud de Legal, le village natal de Joëlle. Ce qui l'intéresse de cet extrait, c'est que, même après cent ans, cette mentalité est encore présente.

Un atelier de développement aura lieu à l'UniThéâtre, à Edmonton en mars 2013. Ce travail exploratoire représentera les premiers pas vers la création de la production, qui pourrait voir le jour aussi tôt qu'au cours de la saison 2013-2014.

Selon le jury, il s'agira rien de moins que d'un évènement !


- 30-

[Facebook] [Twitter] [Google+] [LinkedIn] [MySpace]

Pour joindre la Fondation et l’ATFC :
Céline Paquet, Responsable de l’administration et des communications, ATFC
Tél. : (613) 562-2233 ou 1 866 821-2233
Courriel : cpaquet@atfc.ca

Pour joindre les récipiendaires des Prix d’excellence 2011 :
Christine Langlois, Responsable des relations de presse
Cellulaire : (613) 620-0332
Courriel : clang046@gmail.com

Voir la fiche de Joëlle Préfontaine

« Retour | Archives