Communiqués

Marie-Pierre Proulx remporte le Prix national d'excellence RBC pour un artiste émergent!


 

RBC FATFC

 

 

Marie-Pierre Proulx remporte le Prix national d’excellence RBC pour un artiste émergent!

 

(Ottawa, le 18 septembre 2015) Le Prix national d’excellence RBC pour un artiste émergent de la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada a été remis à la scénographe Marie-Pierre Proulx, originaire de Hearst, en Ontario. Décerné à la candidature s’étant la plus démarquée parmi toutes celles reçues par la Fondation dans le cadre de son concours 2015, ce prix majeur est rendu possible grâce à la générosité de la Fondation RBC. La bourse de 8 000$ qui l’accompagne a été remise à Marie-Pierre Proulx par Mike Haley, Vice-Président régional de RBC pour la région d’Ottawa West lors d’une réception qui s’est tenue le 18 septembre au Centre national des Arts à Ottawa, en clôture des Zones théâtrales. 

Après avoir obtenu un baccalauréat en lettres françaises et théâtre, Marie-Pierre Proulx a complété une maîtrise en théorie théâtrale et dramaturgie à l’Université d’Ottawa. Depuis, elle collabore à plusieurs projets théâtraux dans la région d'Ottawa, principalement en tant que scénographe, accessoiriste et auteure. Elle a notamment conçu la scénographie de Cinéma (Théâtre la Catapulte et Théâtre Belvédère), Quelques humains, Porc-Épic et Adieu Beauté (Théâtre Belvédère), Passage, et l'Hyper Talkshow (Dérives Urbaines), Impressions ! Key of success (Théâtre de l'île) ainsi que les accessoires et les costumes de 20 000 lieues sous les mers (Créations In Vivo). Membre du collectif d'auteurs les Poids Plumes, elle a fait partie du noyau créatif des spectacles Le cabaret Trendy-Trash et Musique pour un Monte-charge français (et autres curieux désordres)

La bourse accordée à Marie-Pierre Proulx lui permettra de développer le projet Mange-moi/Eat Me. C'est à la lecture d'Alice au pays des Merveilles dans une édition bilingue que l'idée a commencé à prendre forme dans l’esprit de Marie-Pierre. Dans l’œuvre de Carroll, Alice trouve une bouteille où il est écrit : « Bois-moi/Drink Me». Elle la porte à ses lèvres et, aussitôt, elle rapetisse. Plus tard, le personnage déniche un biscuit où il est inscrit : « Mange-moi/Eat Me». Elle l'engloutit et, aussitôt, elle grandit.

Ce phénomène d'expansion et de compression du corps humain en réaction directe à ce qu’il consomme lui est apparu comme une riche métaphore de la culture de consommation. 

Avec ses vitrines, ses étalages, ses panneaux publicitaires, la ville au grand complet ne crie-t-elle pas haut et fort de la «manger» à toutes les heures du jour ? En cette ère où tout s'achète, quels effets ont sur nous tout ce que l'on consomme ? Quelles traces laissent en nous ce l'on mange, ce que l'on lit, regarde et écoute ? 

Marie-Pierre se lance le défi de prendre la parole en utilisant – d'abord et avant tout – l'espace comme moyen de communication. Elle désire créer des installations scénographiques et théâtrales qui, à travers des jeux de proportions et de perceptions, transporteront le spectateur au sein d’une expérience sensorielle et ludique au terme de laquelle il sera invité à développer une réflexion sur l’un des aspects de la consommation évoqué par l’expression Mange-moi/Eat Me. À travers ces installations, elle traitera de l’état d’exaltation violente qui peut envahir le consommateur qui fait face à l’objet de son désir.

Désirant implanter ce projet dans des lieux non-théâtraux qui sont eux-mêmes des symboles forts de la société de consommation, Marie-Pierre souhaite présenter ses installations dans une des rues du Marché By, à Ottawa, en dirigeant une équipe de figurants dans la création de différents tableaux vivants qui formeront un déambulatoire que le spectateur sera invité à traverser à son rythme. Elle souhaite également rassembler plusieurs scénographes autour de ce projet afin que les voix et les imaginaires de plusieurs artistes se rencontrent, se complémentent, se répondent, s'entrechoquent et se confrontent. L’aspect collectif permettra de véritablement exploiter la valeur polysémique de l’expression Mange-moi/Eat Me, en permettant à plusieurs artistes d'en proposer leur propre interprétation. Le projet souhaite ainsi permettre de rassembler des artistes franco-canadiens d’une même discipline, qui ont très peu souvent la chance de travailler ensemble, notamment des collègues rencontrés par Marie-Pierre dans le cadre du stage en scénographie offert par l’ATFC au Banff Centre en partenariat avec l’École nationale de théâtre du Canada en 2012.

 La Fondation applaudit le projet d’une artiste qui se prend en main, lance un projet et invite ses pairs à y participer en leur lançant un défi. Les concepteurs travaillent habituellement en solitaire, ce projet de collaboration réunissant des scénographes francophones de partout au pays trouve ici un écho probant avec le mandat de la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada. Elle est très heureuse de donner une nouvelle preuve tangible de sa ferme volonté d’appuyer le développement des concepteurs de la francophonie canadienne.

 

Créée en 1998, la Fondation pour l’avancement du théâtre francophone au Canada a pour mission d’appuyer le développement du milieu théâtral francophone en situation minoritaire et d’encourager son excellence. Elle y parvient en soutenant annuellement des projets de création et de formation initiés par des artistes professionnels émergents, avec pour objectif l’essor de leur carrière et leur enracinement au sein d’un milieu qui leur appartient. Le 18 septembre 2015, elle procédait à la onzième remise de ses Prix d’excellence.

Pour en savoir davantage : http://fondationtheatrefrancophone.ca 


- 30-

[Facebook] [Twitter] [Google+] [LinkedIn] [MySpace]

Pour rejoindre la Fondation, l’ATFC ou les récipiendaires des Prix d’excellence 2015 :
Étienne Gauvin, Responsable des communications pour l’ATFC
(613) 562-5233 ou 1 866 821-2233
Cell : (613) 720-4493
Courriel : communications@atfc.ca

« Retour | Archives